The picture

It is amazing what a simple picture can communicate, without any words yet with so many emotions. More than 5 years ago this sculpture of the Burning Man festival challenged me while I was just looking for a nice background photo for my phone. More than 5 years ago, again, this is partly about my ex or rather the period of my life that I shared with her. It is becoming a habit; my articles often talk about it. Some might see it as a ghost breakup, which still haunts me after all these years, or an unspoken (and unspeakable?) love, to a person I have chosen to remove from my life.
Yet the questions raised by my references to this painful past are far from those of a masochistic and nostalgic gaze, turned towards a time that has certainly brought many tears but also so many bursts of laughter, or those of an illusory hope of the « what if? », which knows how to replay in our minds just like a genius director the best — and theworst, with more passion, better lighting and, always, the happy-end that goes well.

This lust for life […] calls me to jump with all my strength towards my future, but for this I need to take all the necessary support on my past, in order to go as far, as high as possible.

No, those questions are resolutely looking forward, more than ever in my life. This lust for life that I have recently discovered in me calls me to jump with all my strength towards my future, but for this I need to take all the necessary support on my past, in order to go as far, as high as possible.
Why this picture? What does it show? What did it tell me at the time? Love, this work by Ukrainian sculptor Alexander Milov (photo credit: thestevenjames), depicts two adults of metal back to back, two adults with apparently nothing more to say to each other. But the two children in them, shining with a bright light, turned towards each other, seem to still have everything to say to each other. The welded metal bar structures that make up the adults were certainly not chosen randomly. Like prisons, they lock up in them these children who, if they could, would go towards each other, throw themselves into each other’s arms.
Even if at the time I discovered this picture it was still going rather well in my couple, like a bad omen, it showed me the drama that plays out every day in the lives of so many couples, families or even friendships, the drama that would play out a few years later between my ex and me.
For me this picture, before talking about love, as the name of the sculpture indicates it, speaks of forgiveness, a forgiveness that we cannot give each other when we should, when we would like to. It speaks of the fact that in us there is this child’s soul who just wants to forget those arguments, those grudges, those wounds, just to return to our games, to our laughter, to our happiness. And it also speaks of the fact that on the outside there is this carcass, this heavy framework of our rigidized habits, our structured — and structuring — attitudes, which prevent us from taking the first step, from opening the door to new possibilities.


I literally lived this picture, not only in my couple, but in various relationships and at various levels of affection. But every time, while I believed that the only memory of this sculpture, like a totem, could give me the strength not to let the drama happen again, not to let the child be imprisoned in the adult, I found myself — just like the other in front — trapped in the mechanism of conflict, in the machinery of resentment, the quicksand of apprehension, in which every second that passes seems to drive us ineluctably from all hope of pacification.

Forgiveness, the word is said. This word that fascinates, that makes both dreaming and trembling. This word that we idealize, elevates in chimera, above our too sordid realities. Or for others, this word that we submit to our will, that we censor, that we frame with meticulously drawn and marked borders. Indeed, here we mainly have two schools: those who believe in the power of forgiveness but do not do it, as an unspeakable superstition, a shameful belief, to which one cannot abandon himself completely, for fear of disappointment after being turned down flat by the opposing side – the friends of « I would love to forgive him, but I don’t know if I’m able to »-; and those who, failing to believe or even understand its power, choose to tame forgiveness, to tolerate it, but according to their own rules of the game, a game in which of course they never lose —the defenders of « I have forgiven, but I have not forgotten ».

« Forgiveness is the most selfish act that can be committed, for it has the power to completely free us exclusively from the evil that the Other has done to us, while leaving the latter to his own guilt »


But what about unconditional forgiveness, palpable forgiveness? If we push to extremes, we must ask ourselves the question of the forgiveness that allows us to hear still today incredible testimonies of fathers forgiving the murderer of their child, of women forgiving their rapist, of entire communities forgiving their oppressor of a whole century. Is it fake? Is there a trick? I’ve been looking for it, so far I haven’t found the transparent threads that an illusionist would be drawing behind the scenes of those shattered lives, the special effects that a prodigious director would be using to magnify these tragic miscellaneous news items. Finally, the only magician I was able to discover during my personal and existential questioning about forgiveness, it is Jesus. His subversive doctrine in his time but still revolutionary today has brought to light a power in the human being that is still too often unsuspected or even unknown nowadays. Indeed most of the time we are wrong about forgiveness, and doubly. Not only because we underestimate its effectiveness and reality in our lives, but also because we mistakenly believe that the first beneficiary of forgiveness – if not the only one – is the forgiven.
A sentence I heard one day during a sermon completely reversed my mindset and opened my spirit to the true potential of forgiveness. « Forgiveness is the most selfish act that can be committed, for it has the power to completely free us exclusively from the evil that the Other has done to us, while leaving the latter to his own guilt ».

I found it extremely powerful! To realize this, we need to remember what a conflict is. Etymology helps here because conflict could be translated by  » the act of fighting together. » Together! As we hear it, it sounds implausible. When the origin of a conflict is the break that will turn two people into enemies opposing each other, and even in many cases breaking up emotionally or diplomatically, we learn here that in the end the first thing that this break creates is an object in common, an unwanted but indeed present offspring: the conflict itself. That is, as long as a conflict can last, the two people he opposes will bind, grow attached to each other, even sometimes love to hate each other. Once this notion was clarified, I could understand more easily how forgiveness is an exclusive privilege: it allows me, to preserve my peace and my well-being by unilaterally denying the other his right to conflict, his invitation to fight together.
Today, I imagine the number of times in my life where I could have used that power. I think of the time I would have won, the headaches that I could have spared myself — in the end all this is not so selfish because the other would realize at some point what he also has to gain, and my past couple experience which, even if not saved, could at least have been paced and ended more peacefully.
In the gospels it can be read how Jesus replied to Peter asking him how many times he should forgive the one who would harm him: « you will forgive him 70 times 7 times. » Put into context, his answer evokes the infinity of the power of forgiveness once our mind opens to it, and not a heavy and almost inhuman burden imposed by God on humans. Indeed, forgiveness is a gain, an overpowering gift that allows us to get rid of the chains of grief and resentment, while creating in the other a possibility, for him also, to get out of the trap mixed with guilt and pride that would close slowly but steadily on him without ever undoing its embrace. From the moment we understand it, we can then enter a hugely different reality, where peace is cultivated and harvested at hand, like a child’s play.

[…] it all starts there: […] we can only win the war against hate with the power of forgiveness if we let the latter win its first battle inside us.


I was also able to discover, that the first step of forgiveness, as simple as it may seem, is vital, not only for the relationship that is at stake but also for oneself. This first step is to forgive yourself. It is sometimes obvious, and sometimes much more complex, but in a conflict there is very often some guilt on both sides. Even those who consider themselves aggrieved may either regret actions or words that could have hurt the other one and possibly led to the reaction of the latter that ultimately hurt them in turn; or outright conclude through convoluted psychological mechanisms that they are ultimately solely responsible for the harm that has been done to them. Whether you’re the responsible for the wound or the wounded, forgiving yourself seems to be something quite easy when it is just said, but I’ve had the opportunity to realize more than once that the collateral damages created in a conflict, that second wound that consist in guilt, is actually much harder to heal than we think. In any case, it all starts there: in the same way that I think we can’t love the other one without learning to love ourselves first, we can only win the war against hate with the power of forgiveness if we let the latter win its first battle inside us.

I am far from being a saint, and the picture still taunts me regularly today. Emotions, habits, instinct of defense – or attack, there are so many things in us that make us miss wonderful moments, or even entire blocks of life. But what helps me is to think about what I missed, what I would miss without forgiveness: so many laughs, so many sharing, so much love. Forgiveness is real, I am convinced about it today. I saw its power in action: in the Bible, in History, in lives like of Kim Phuc, survivor of a Napalm attack in south Vietnam, that of Pope John Paul II, seriously wounded during an attempted murder in Rome, that of the Amish community, bereaved by the West Nickel Mines School killing, those of the Tutsis and The Hutus, who after civil war and the genocide of the former by the latter are now living in peace in Rwanda.
Yes it is real, and I also want to enjoy it maybe alone or, I hope, with all those who, if they wish to, if they forgive themselves first and forgive me then, will be able to use with me this power that can change the world.

L’image

C’est fou ce qu’une simple image peut communiquer, sans aucun mot mais pourtant avec tant d’émotions. Il y a plus de 5 ans cette sculpture du festival Burning Man m’a interpelé alors que je cherchais juste un fond d’écran sympa pour mon téléphone. Il y a plus de 5 ans, encore une fois il s’agit ici, en partie, de mon ex ou plutôt de la période de ma vie que j’ai partagé avec elle. Ça commence à devenir une habitude, mes textes en parlent souvent. Certains pourraient y voir une rupture fantôme, qui me hante toujours après toutes ces années, ou un amour inavoué (et inavouable ?), envers une personne que j’ai moi-même choisi de sortir de ma vie.
Pourtant les questions que soulèvent mes références à ce passé douloureux sont loin d’être celles d’un regard masochistement nostalgique, tourné vers un temps qui a fait couler certes bien des larmes mais aussi fait jaillir tant d’éclats de rire, ou celles d’un espoir illusoire du « et si? » qui, à la manière d’un réalisateur de génie, sait si bien rejouer dans nos esprit le meilleur — et le pire, avec plus de passion, un meilleur éclairage et, toujours, le happy-end qui va bien.

Cette soif de vivre […] m’appelle à sauter de toute mes forces vers mon avenir, mais pour cela j’ai besoin de prendre tout l’appui nécessaire sur mon passé, pour aller le plus loin, le plus haut possible.

Non, ces questions-là sont résolument tournés vers l’avenir, plus que jamais dans ma vie. Cette soif de vivre que je découvre depuis peu en moi m’appelle à sauter de toute mes forces vers mon avenir, mais pour cela j’ai besoin de prendre tout l’appui nécessaire sur mon passé, pour aller le plus loin, le plus haut possible.
Pourquoi cette image? Qu’est ce qu’elle montre? Qu’est ce qu’elle m’a dit à cette époque? Love, cette œuvre du sculpteur ukrainien Alexander Milov (crédit photo: thestevenjames), représente deux adultes de métal dos à dos, deux adultes qui apparemment ce sont tout dit. Mais les deux enfants en eux, brillant d’une lumière éclatante, tournés l’un vers l’autres, eux, ont l’air d’avoir encore tout à se dire. Les structures de barres métalliques soudées qui constituent les adultes, n’ont certainement pas été choisie par hasard. Comme des prisons elles enferment en elles ces enfants qui, s’ils le pouvaient, iraient l’un vers l’autre, se jetteraient dans les bras l’un de l’autre.
Même si à l’époque où j’ai découvert cette image ça allait encore plutôt bien dans mon couple, comme un mauvais présage, elle me montrait le drame qui se joue chaque jour dans la vie de tant de couples, de familles ou même d’amitiés, le drame qui allait quelques années plus tard se jouer entre mon ex et moi.
Pour moi cette image, avant de parler d’amour, comme l’indique le nom de la sculpture, parle de pardon, du pardon que l’on n’arrive pas à se donner l’un l’autre alors qu’on devrait, alors qu’on voudrait. Elle parle du fait qu’en nous il y a cette âme d’enfant qui a juste envie d’oublier ces disputes, ces rancunes, ces blessures, pour simplement retourner à nos jeux, à nos rires, à notre bonheur. Et elle parle aussi du fait qu’à l’extérieur il y a cette carcasse, cette lourde charpente de nos habitudes rigidifiées, nos attitudes structurées — et structurantes, qui nous empêchent de faire le premier pas, d’ouvrir la porte des possibles.


Cette image je l’ai vécue, pas seulement dans mon couple, mais dans des relations diverses et à des niveaux d’affection variés. Mais à chaque fois, alors que je croyais que le seul souvenir de cette sculpture, comme un totem, pourrait me donner la force de ne pas laisser le drame se reproduire, de ne pas laisser l’enfant emprisonné dans l’adulte, je me retrouvais — tout comme l’autre en face — piégé dans le mécanisme du conflit, dans les rouages du ressentiment, le sable mouvant de l’appréhension, dans lequel chaque seconde qui passe semble nous éloigné inéluctablement de tout espoir, de toute possibilité de pacification.

Le pardon, le mot est lâché. Ce mot qui fascine, qui fait à la fois rêver et trembler. Ce mot qu’on idéalise, élève en chimère, au-dessus de nos réalités trop sordides. Ou pour d’autres, ce mot que l’on soumet à notre volonté, qu’on censure, qu’on encadre par des frontières méticuleusement tracées et balisées. Car oui, ici nous avons principalement deux écoles : ceux qui croient au pouvoir du pardon mais ne le font pas, comme une superstition inavouable, une croyance honteuse, à laquelle on ne peut s’abandonner complètement, par peur d’être déçu suite à une fin de non-recevoir de la partie adverse – les amis du « j’aimerais tellement lui pardonner, mais je ne sais pas si je pourrais y arriver » — ; et ceux qui à défaut de croire ou même de comprendre son pouvoir on choisit de dompter le pardon, de le tolérer mais selon leurs propres règles du jeu à eux, jeu dans lequel bien entendu ils ne perdent jamais – les défenseurs du « j’ai pardonné, mais j’ai pas oublié ».

« Le pardon est l’acte le plus égoïste que l’on peut commettre, car il a le pouvoir de libérer complètement notre seule personne du mal que l’Autre nous a fait, tout en laissant ce dernier face à sa propre culpabilité »


Mais qu’en est-il alors du pardon sans condition, du pardon palpable ? Si l’on pousse les choses à l’extrême, on doit se poser la question du pardon qui permet qu’on puisse encore aujourd’hui entendre des témoignages incroyables de pères pardonnant au meurtrier de leur enfant, de femmes pardonnant à leur violeur, de communautés entières pardonnant à leurs oppresseurs de tout un siècle. Est-ce que c’est factice ? Est-ce qu’il y a un truc ? J’ai eu beau chercher, à ce jour je n’ai pas encore trouvé les fils transparents qu’un illusionniste tirerait dans les coulisses de ces vies brisées, les effets spéciaux dont un prodigieux metteur en scène aurait su user pour magnifier ces faits divers tragiques. Finalement le seul magicien que j’ai pu découvrir au cours de mon questionnement personnel et existentiel sur le pardon, c’est Jésus. Sa doctrine subversive en son temps mais toujours révolutionnaire de nos jours a mis en lumière un pouvoir en l’être humain qui est encore trop souvent insoupçonné ou même méconnu de nos jours. Effectivement la plupart du temps on se trompe sur le pardon, et doublement. Non seulement car on sous-estime son efficacité et sa réalité dans nos vies, mais aussi car on croît à tort que le premier bénéficiaire du pardon – voire le seul – c’est le pardonné.
Une phrase que j’ai entendu un jour lors d’une prédication a complètement renversé mon ordre de pensée et ouvert mon esprit sur le vrai potentiel du pardon. « Le pardon est l’acte le plus égoïste que l’on peut commettre, car il a le pouvoir de libérer complètement notre seule personne du mal que l’Autre nous a fait, tout en laissant ce dernier face à sa propre culpabilité ».

J’ai trouvé ça extrêmement puissant ! Pour s’en rendre compte il faut se rappeler ce qu’est un conflit. L’étymologie nous aide, car un conflit se traduirait par « le fait de lutter ensemble ». Ensemble ! A y penser cela paraît invraisemblable. Alors que l’origine d’un conflit c’est la cassure qui va faire de deux personnes des ennemis se retournant l’une contre l’autre, et même dans de nombreux cas se séparant affectivement ou diplomatiquement, on apprend ici qu’en fin de compte la première chose que cette cassure crée c’est un objet en commun, une progéniture non désirée mais bel et bien présente : le conflit lui-même. C’est-à-dire, qu’aussi longtemps qu’un conflit puisse durer, les deux personnes qu’il oppose vont se lier, s’attacher, voire parfois aimer à se détester. Une fois cette notion clarifiée, je pouvais comprendre plus facilement en quoi le pardon est un privilège exclusif : il me permet, de préserver ma paix et mon bien être en refusant unilatéralement à l’autre son droit de conflit, son invitation à lutter ensemble.
Aujourd’hui, j’imagine le nombre de fois dans ma vie où j’aurais pu utiliser ce pouvoir. Je pense au temps que j’aurais gagné, aux prises de têtes que j’aurais pu m’épargner —en fin de compte tout ça n’est pas si égoïste car l’autre se rendrait bien compte à un moment de ce qu’il à aussi à gagner, de mon ancienne vie de couple qui, même si pas sauvée, aurait au moins pu être ménagée et interrompue avec plus de douceur.
Dans les évangiles on peut lire la réponse de Jésus à Pierre lui demandant combien de fois il devrait pardonner à celui qui lui ferait du mal : « tu lui pardonneras 70 fois 7 fois ». Remise dans son contexte, sa réponse évoque en fait l’infinité du pouvoir du pardon une fois que notre esprit s’ouvre à lui, et non un lourd et presque inhumain fardeau imposé par Dieu aux humains. En effet, le pardon est un gain, un don surpuissant qui nous permet de nous défaire des chaînes de la peine et de la rancœur, tout en créant chez l’autre une possibilité, pour lui aussi, de se sortir du piège mêlé de culpabilité et d’orgueil qui se refermerait petit à petit sur lui sans jamais défaire son étreinte. A partir du moment où on le comprend, on entre alors dans une réalité tout autre, où la paix se cultive et se récolte à portée de main, comme un jeu d’enfant.

[…] tout commence par-là : […] on ne peut gagner la guerre contre la haine avec la puissance du pardon que si on laisse cette dernière gagner sa première bataille en nous.


J’ai aussi pu découvrir, que le premier pas du pardon, aussi simple qu’il puisse paraître est vitale, non seulement pour la relation qui est en jeu mais aussi pour soi-même. Ce premier pas, c’est de se pardonner à soi-même. C’est parfois évident, et d’autres fois beaucoup plus complexe, mais lors d’un conflit il y a très souvent une part de culpabilité dans les deux camps. Même celui qui se considère comme lésé peut être amené soit à regretter des actions ou paroles qui ont pu blesser l’autre et, éventuellement, conduire à la réaction de ce dernier qui l’a finalement blessé à son tour ; soit carrément à conclure via des mécanismes psychologiques alambiqués qu’il est en fin de compte le seul responsable du mal qui lui a été fait. Qu’on soit le blesseur ou le blessé, se pardonner à soi même semble être quelque chose d’assez facile quand on le dit, mais j’ai eu l’occasion de me rendre compte plus d’une fois que ce dommage collatéral créé dans le conflit, cette deuxième blessure qu’est la culpabilité, est en fait bien plus dur à soigner qu’on le croit. En tous cas, tout commence par-là : de la même manière que je pense qu’on ne peut aimer l’autre sans apprendre à s’aimer soi-même d’abord, on ne peut gagner la guerre contre la haine avec la puissance du pardon que si on laisse cette-dernière gagner sa première bataille en nous.

Je suis loin d’être un saint, et l’image me nargue encore régulièrement aujourd’hui. Les émotions, l’habitude, l’instinct de défense – ou d’attaque, il y a tant de choses en nous qui nous font passer à côté de merveilleux moments, voire même de blocs de vie entiers. Mais ce qui m’aide justement c’est de penser à ce que j’ai raté, à ce que je raterais sans le pardon : tant de rires, de partages, d’amour. Le pardon est réel, j’en suis convaincu aujourd’hui. J’ai vu son pouvoir en action : dans la Bible, dans l’Histoire, dans des vies comme celle de Kim Phuc, survivante d’une attaque au Napalm dans le sud du Viêt Nam, celle du Pape Jean-Paul II, blessé grièvement lors d’une tentative de meurtre à Rome, celle de la communauté Amish, endeuillée par la tuerie dans l’école West Nickel Mines, celles des Tutsis et des Hutus, qui après la guerre civile et le génocide des premiers par les seconds vivent en paix au Rwanda.
Oui il est réel, et je veux en jouir moi aussi peut-être seul ou, je l’espère, avec tous ceux qui, s’ils le veulent bien, s’ils se pardonnent eux même d’abord et me pardonnent aussi ensuite, pourront utiliser avec moi ce pouvoir qui peut changer le monde.

Bible cross references — Chris Harrison

See also https://www.chrisharrison.net/index.php/Visualizations/BibleViz

The rest

To an unforgettable and
never forgotten friend

😎

« How can a week pass so quickly? », both disillusioned and fascinated by the foolproof mechanism of the seven brothers Day, I kept repeating this observation to myself at every stealthy encounter with their elder, which left me with this unpleasant and ironic impression that, in the end, everything was working against me, even the Sun.

Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday, Friday, Saturday, and… Sunday. I had tried everything: checklists, schedules, reminders on my phone, books helping to manage time better, even by way of the coward accusation of my girlfriend at that time who, according to my in-depth analysis, was the only culprit, the crux of the problem because she was overloading our schedule – it’s already a bit strong, but wait, I did much worse than that. In short, so many poor attempts without success that left me every end of the week with this feeling of helplessness faced with the time that was flying, always faster.

Yes, of course there were holidays, anyhow holidays are always good. With two weeks, or even three for the most ambitious ones, I was embarking in the crazy project to cut myself off from time (well rather « we » than « I » , since the culprit was also of the adventure), to let go the maddening heptad of days wherever it suits them as long as they leaved us in peace for a given period. Through a great deal of stays in nice places, or trips into the country combining sport and discovery, or just breaks at home in order to finish everything we promised ourselves to do last year, it actually worked pretty well – it’s just as well, considering the heavy means implemented. But for how long does it work? Because, as for time, he did have the merit to respect his part of the contract, letting us swagger without worries while he continues to operate his well-oiled seven days machine at full pace, and that’s where it hurts. He worked in our absence, and he didn’t fake it: the pile of mail pouring out on us at the opening of the mailbox, the endless list of emails and the phone harassing us as early as Monday morning starts, the heavy loaded bills which apparently were just waiting on our tanned faces and empty pockets to assault us. Finally, the comeback after vacation, the coming back to reality, was soon reviving my end of the week’s observation, my desperate question, even if there it was about almost an entire month. « So what? Does that mean someone must spend his life on holidays without ever coming back, seriously is that a solution?”

Between becoming a billionaire in order to take it easy all life long, and living as a recluse away from the world in order to free oneself from its frantic pace, this solution that I was envisioning for an instant turned out to be more like a dead end. So far it may seem banal and even funny. But looking back at it today, I realize that I stayed in this dead end for an exceedingly long time, too long. In fact, long enough to gradually give up everything out of my work, my family/couple, and my church. Long enough, to start feeling the frustration of someone who sees other people, apparently, living their life while I was dreaming mine. Long enough, to finally reach the breaking point of my couple, and for sure there were many other important reasons for this, but my misunderstanding and my denial of my ex’s legitimate need to merely spend time with me played a role in my sudden decision to break up with her, in spite of the fact that we had been together for more than five years and that it was on her birthday – I warned you…

Reading all this, one can wonder how today I have been able to get out of this dead-end where time flying for my eyes was also flying away with my life. Well, even myself, I sometimes find it hard to believe. Yet, there has been an emergency exit that presented itself to me, or rather two: truth and love.

Indeed, it happened in two stages, and with two different sources of motivation.
As for truth, it is what I found when I got closer to God. With a common expression that annoys me a little, and according to the words of those around me, I was already « very religious », but that didn’t prevent me from missing quite a few essential things of the Christian faith that I had not yet understood, and things that I didn’t practice.
In the Bible, there are many references to the fact that God is mastering time, unlike us who are subjected to it. So far it is apparently simple and common, given the rather general notion of an omnipotent, GodAlmighty, widespread at least in most monotheistic religions. However, there are also many references to a notion that is a little more difficult to grasp: the Sabbath, or Shabbat. Even if it is not always by this word meaning ceasing in Hebrew that it is referred to in the Bible, we often find this concept of intentional rest in which one makes the choice to stop working, producing, doing, in accordance with the will of God.

As far as I was concerned, in addition to not applying it, I have long wondered why this Sabbath should have me stopping any activity for a whole day, even on Sundays. Indeed, one of the problems I encountered during my restless weeks, was that even on weekends I found myself overwhelmed, not by work certainly, but by everything I didn’t do during the week: shopping, cleaning, cooking, entertainment, meeting friends or relatives and church, among others. Unfortunately, it was very easy to fill up those two little days, where even the entertainment — which I didn’t add to the list by mistake, was becoming a duty since in the midst of all these relatively constraining activities, having fun was becoming a must at least to justify the name weekend. So how could one afford to lose a whole day when there was so much to do. That’s where it gets interesting.
Above, I mentioned the coming back to reality when talking about the end of holidays. Well in those days, my reality was that I couldn’t do everything I had to during the week, even worse, it was literally impossible, and the to-do list was growing inexorably. In fact, by refocusing on my Christian faith I understood that the Sabbath, and more generally the intentional rest desired by God, was a truth that I could embrace to let it come into my life and break this negative reality.

This truth consists in a bond of trust. For our part, we are committed to doing what we have to as best possible, and in the way God asks it, except during a specific period when we choose to rest and trust God for all that we didn’t have time to do until then. For his part, God is committed to shielding us from any negative effect eventually resulting from what we don’t do during our resting period, trusting us to do things like he asks during the rest of the time.
In practice, I chose Saturday for my Sabbath. Not according to tradition at all — the Sabbath is indeed on Saturdays and not Sundays unlike what I thought, but rather by force of habit. A habit taken during a year and a half of expatriation to Qatar. Paradoxically, this country in the Arabian Peninsula, like the emirate of Dubai, is mainly associated with luxury and leisure, while people work TREMENDOUSLY there (and I weigh my words). I cannot compare my experience to the one of the poorest workers there, whose strength and zeal for living impressed me much more than the luxury cars and lavish malls. But still, there I worked every day except Friday. It was weird, yet over time I got used to it. And when I was finally given my Saturday off because of a drop in my project’s activity, believe me or not, but at first I did not know what to do with an extra day off. Imagine, after more than a year of intense work while managing to do my personal activities during the week and during a weekend of one day, this grace of a Saturday off seemed almost too much to me. But it didn’t last.

Motivated by the Bible and my own body crying out for rest, I finally tested the Sabbath experience. And the first Saturday I started at full throttle: sleeping in, swimming pool, spa, and dinner in a restaurant. A small detail but that has its importance, being single before and during my stay there, I was able to enjoyer these activities Me, Myself, and I. It might sound gloomy, but you will see a little further why it was beneficial to me. So, it was a first Saturday of a king or rather of an Emirati, but as not everyone who wants to be a Qatari has the money to do so, I quickly calmed down to return to a normal lifestyle and simpler pleasures. Over the course of my resting Saturdays, I rediscovered the enjoyment of reading for leisure, cooking for pleasure, and lazing around… for lazing around, or as Italians say, for the farniente (farniente meaning notdoinganything).

Before this application of the Sabbath I was already doing my best trying to follow the commandments of God (which are more like good advices on life, it is when you apply them that you get to realize it), but surprisingly the list of tasks, which I would normally desperately try to reduce during my new day off, began to shrink on its own. For me there are two explanations for this.
The first, probably difficult to conceive but which I believe, is that God has indeed complied with his part of the bond: for example by having a person spontaneously and regularly preparing me a big dish avoiding me to cook for the week, or by suddenly solving a complicated issue with my bank sparing me the long queue before an interview with my advisor. Some call those happy coincidences… And the second, more tangible, is that by embracing this mindset of intentional rest, quite quickly I found myself putting my life and my little problems into perspective. Subsequently I started to realize that at the end of the day such and such appointments or given tasks were not that important, or even not necessary at all.

All in all, the bond of trust proposed by God was working well, my insurmountable to-do list was shrinking while I was enjoying a life-saving rest, what more could anybody ask?

At first glance nothing. I was proudly applying my magic solution and telling anyone who would listen about its positive effects on my pace, my life, which had caught its breath a little. However, without admitting it, I was feeling deep inside that something was missing, out of fear that my emergency exit would not really be one, or out of superstitious religion which was concealing an even greater discovery. That second emergency exit, which in fact complements the first one, this time has not been found through my reading of the Bible. And yet it could have been, it should have been! Yes, today I feel stupid not to have seen this essential point earlier. Like the nose on the face, or more like the elephant in the living room: harmless and resolutely good when one take care of it, it can turn into a problem and a big one when no attention is paid to it.
The Christian faith is based on love, God’s love first and the love for others. It’s what Jesus himself has relentlessly called to mind through his kind teaching to his disciples and his accusing reproaches to the priests of his time, in particular with this powerful allocution: “Love the Lord your God with all your heart and with all your soul and with all your mind. This is the first and greatest commandment. And the second is like it: Love your neighbor as yourself. All the Law and the Prophets hang on these two commandments.” It is both beautiful and full of meaning, but still it’s necessary to detect in those words a key that I haven’t realized by then, at least not by myself.
I said I was single before and during my expatriation, but I didn’t talk about the end of it. I had the chance to experience a beautiful relationship with the one who, initially as a friend, has occupied an important place in my life, and was behind my second emergency exit. A story too short unfortunately but that was worth living and that taught me a lot. Sadly, I think it is partly because she felt some kind of fault in my love towards her, that she quickly understood my problem. Indeed, loving one’s neighbor as yourself requires necessarily to start with loving yourself. But despite all my attentions, my will to be there for her — intensified by my disastrous experience with my ex, despite the beginning of a (I presume) love affair; it’s with a comparison between what I was doing for myself and what I was doing (or would like to do) for my neighbors, for her among others, that she saw right through me.

Self-love, unlike self-esteem or pride, is not what you look for in the eyes of others, in mirrors, this is what you find in yourself and that others can detect as they look at you.

« You don’t love yourself!”. As brutal as it can sound, she said those words to me in a very calm way while we were discussing on how I was managing my time, and the multitude of things I was giving myself to do while painfully achieving only a part of them and not even with the expected results. I had surely already heard that, perhaps with other words, I had already glimpsed it during personal review exercises, but this was the first time I really understood it. Like all truth that comes to question us, I felt in me she had put her finger on something, on a fault I had let become an abyss. All things I had lost before because of my problematic apprehension of time, all this frustration from feeling my life flowing out of me like a hemorrhage, ironically started from a wound in me, small, but with disastrous consequences. Self-love, unlike self-esteem or pride, is not what you look for in the eyes of others, in mirrors, this is what you find in yourself and that others can detect as they look at you. And she, rightfully, had not detected it in me.
Despite the difficulty of admitting such a lack, I have managed to rebuild step by step that love for Me. I didn’t go to the extent to which I would seek the origin of this lack that could probably enlighten me and for which psychology or other means would surely be useful. But I simply started to love myself with little attentions, the way you act towards someone you love, with gifts, positive and encouraging words, primacy over other lower-ranked things, and mostly with time. Where my loneliness in the restaurants or in spas could pass for a sad relational situation — although I was in a relationship, it was actually all about a beautiful reawakening love story between me and myself. As this autarkic idyll was going by, I was able to discover a lot about myself and, above all, to finally erase this frustration of a life drifting away because left negligently at the mercy of a flying time.
In fact what I have had the chance to discover in Sabbath, was that by relying on God I could decide to say “BREAK” to time, to the unstoppable train of the week, even if only one day out of seven. But the limit to this power was that if I contented myself with that, I was just left with some mini-holidays scattered over each of my weeks and still with the same observation, the same helplessness for the six other days onwards. With truth I had won a victory on reality, I had conquered one day. But with love, with her appeal, my friend helped me to become aware of the fact I deserved something more than that, something that God himself already wanted me to understand behind his Sabbath and all the reference to love in his word.

Learning to love myself, accepting to love myself, I could finally look at time and tell him, first, that at defined moments I had the power to interrupt his frustrating grip thanks to God’s omnipotence and bond of trust, and mostly that I – and God also, loved me too much to continue to suffer his negative effects on my life. More than a battle for a simple day of sacred rest, I had won a war for my entire life.

I will ruin the happy ending a bit, but I want to be honest. I still have a long way to go, whether in terms of time management, or in terms of love life and self-love/love-for-others balance. But what I am sure of, is that with truth and love that God gives me to read in his word and to experience day after day, as the words of the Apostle Paul put it rightly, I am able today to redeem time and one day, hopefully, to love my wife as my own body because he who loves his own wife loves himself.

Le repos

A une amie
jamais oubliée
et inoubliable
😎

« Comment une semaine peut passer aussi vite ? », à la fois désabusé et fasciné par la mécanique infaillible des sept frères Di, je me répétais inlassablement ce constat à chaque furtive entrevue avec leur aîné, qui me laissait cette impression désagréable et ironique que, en fin de compte, c’était moi le manche.

Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, et… Dimanche. J’avais tout essayé : les checklists, les plannings, les rappels sur mon téléphone, les bouquins pour mieux gérer son temps, en passant même par l’accusation lâche de ma copine à cette époque qui, d’après mon analyse approfondie, était la seule coupable, le nœud du problème car elle surchargeait notre emploi du temps – c’est déjà très fort, mais attendez, j’ai fait bien pire que ça. Bref autant de piètres tentatives sans succès qui me laissaient chaque fin de semaine avec cette sensation d’impuissance face au temps qui filait, toujours plus vite.

Oui, bien sûr il y avait les vacances, c’est quand même bien les vacances. Avec deux, voire, trois semaines pour les plus ambitieuses, je me lançais dans le projet fou de me couper du temps (enfin plus « nous » que « je », vu que la coupable était aussi de l’aventure), de laisser aller l’infernale heptade de jours où bon lui semble tant qu’elle nous laissait tranquille pour une période donnée. A coup de voyages vers de belles destinations, de séjours au vert alliant sport et découverte, ou simplement de breaks à la maison histoire de terminer tout ce qu’on s’était promis de faire l’année dernière, effectivement ça marchait plutôt bien — encore heureux vu les moyens mis en œuvre. Mais pour combien de temps ? Car justement le temps, lui, a bien le mérite de respecter sa part du contrat, nous laisser nous pavaner insouciant pendant qu’il continue de faire fonctionner à plein régime sa machine bien huilée des jours de la semaine, et c’est là que ça fait mal. Lui il a travaillé en notre absence, et il n’a pas fait semblant : la pile de courrier qui se déverse sur nous à l’ouverture de la boîte aux lettres, la liste infinie de mails et le téléphone qui nous harcèlent dès le lundi matin, les factures bien lourdes qui, apparemment, n’attendaient que nos têtes bronzées et nos poches bien vides pour nous assaillir. Finalement, le retour de vacance, un retour à la réalité, me ramenait bien vite à mon constat de fin de semaine, à ma question désespérée, même si là elle portait sur presque un mois entier. « Donc quoi ? Il faut passer sa vie en vacances sans jamais revenir, c’est ça la solution ? »

Entre devenir milliardaire pour pouvoir se la couler douce toute sa vie, et vivre en ermite loin du monde pour se libérer de son rythme effréné, cette solution que j’envisageais un instant se révélait plutôt être un cul de sac. Jusqu’ici ça peut paraître banal et même amusant. Mais en y repensant aujourd’hui, je me rends compte que j’y suis resté très longtemps dans ce cul de sac, trop longtemps. En fait assez longtemps pour abandonner peu à peu tout ce qui était en dehors du trio travail, famille/couple, et église. Assez longtemps, pour commencer à ressentir la frustration de quelqu’un qui voit d’autres personnes, apparemment, vivre leur vie pendant que je rêvais la mienne. Assez longtemps, pour que finalement mon couple ne puisse plus tenir, et il y avait bien d’autres raisons importantes à cela, mais mon incompréhension et mon déni du besoin légitime que mon ex avait de simplement passer du temps avec moi a joué un rôle dans ma décision soudaine de rompre avec elle, même si ça faisait plus de cinq ans qu’on était ensemble et que c’était le jour de son anniversaire – je vous avais prévenu…

En lisant tout ça on peut se demander comment aujourd’hui j’ai pu me sortir de cette voie sans issue où, avec le temps qui s’écoulait autour de moi, ma vie s’effritait peu à peu. En tous cas, même moi j’ai parfois du mal à y croire. Et pourtant, il y a bien eu une issue de secours qui s’est présentée à moi, ou plutôt deux : la vérité et l’amour.

Effectivement, ça s’est passé en deux temps, et avec deux sources de motivation différentes.
Pour la vérité, il s’agit de ce que j’ai trouvé en me rapprochant de Dieu. J’étais déjà, aux dires de mon entourage et selon une expression commune qui me dérange un peu, « très pratiquant », mais ça n’empêche qu’il y avait pas mal de choses essentielles de la foi chrétienne que je n’avais pas encore comprises, et des choses que je ne pratiquais pas, justement.
Dans la Bible, on trouve de nombreuses références au fait que Dieu est maître du temps, à la différence de nous qui le subissons. Jusqu’ici c’est à priori simple et commun vu la notion assez générale d’un Dieu omnipotent, tout-puissant, répandue au moins dans la plupart des religions monothéistes. En revanche, on retrouve aussi de nombreuses références à une notion un peu plus difficile à appréhender : le sabbat, shabbat ou chabbat. Même si ce n’est pas toujours par ce mot signifiant cessation en hébreu qu’il est évoqué dans la Bible, on retrouve souvent le concept de repos volontaire où l’on fait le choix d’arrêter de travailler, de produire, de faire, conformément à la volonté de Dieu.
En ce qui me concernait, en plus de ne pas l’appliquer, je me suis longtemps demandé pour quelle raison ce sabbat devrait me faire arrêter de faire quoi que ce soit pendant une journée entière, même le dimanche. En effet, un des problèmes que je rencontrais pendant mes semaines sans répit, était que même le week-end je me retrouvais débordé, pas par le travail certes, mais par tout ce que je ne faisais pas pendant la semaine : courses, ménage, cuisine, divertissement, rencontre d’amis ou de parents et église, entre autres. C’était malheureusement très facile de remplir ces deux petites journées, où même le divertissement — que je n’ai pas ajouté à la liste par erreur, devenait un devoir étant donné qu’au milieu de toutes ces activités relativement contraignantes, il fallait se divertir pour au moins justifier l’appellation week-end. Alors, comment se permettre de perdre toute une journée alors qu’il y a tant de choses à faire. C’est là que ça devient intéressant.
Plus haut, j’ai évoqué le retour à la réalité en parlant de la fin des vacances. A cette époque, ma réalité c’était que je n’arrivais pas à faire tout ce que j’avais à faire pendant la semaine, même pire c’était littéralement impossible et la to-do liste grandissait inexorablement. En fait, en me recentrant sur ma foi chrétienne j’ai compris que le sabbat, et plus généralement le repos volontaire voulue par Dieu, était une vérité à laquelle je pouvais me rattacher pour venir briser cette réalité négative.

Cette vérité se présente sous la forme d’un contrat de confiance. D’un côté on s’engage à faire du mieux que l’on peut ce que l’on a à faire, en le faisant comme Dieu le demande, sauf sur une période précise où l’on choisit de se reposer et de faire confiance à Dieu pour tout ce qu’on n’a pas eu le temps de faire jusque-là. De son côté, Dieu s’engage à nous prémunir de tout effet négatif résultant éventuellement de ce qu’on ne fait pas pendant notre période de repos, en nous faisant confiance pour qu’on fasse les choses comme il le demande pendant le reste du temps.
En pratique, j’ai choisi le samedi pour mon sabbat. Pas du tout par tradition – le sabbat est bien censé être le samedi et non le dimanche à la différence de ce que je pensais, mais plutôt par une habitude prise au cours d’une année et demie d’expatriation au Qatar. Paradoxalement, ce pays de la péninsule arabique, comme l’émirat de Dubaï, est surtout associé au luxe et aux loisirs, alors qu’en fin de compte on y travaille ENORMEMENT (et je pèse mes mots). Je ne peux pas comparer mon expérience à celle des travailleurs les plus démunis là-bas, dont la force et la rage de vivre m’a bien plus marqué que les voitures de luxe et les centres commerciaux somptueux. Mais tout de même, là-bas je travaillais tous les jours sauf le vendredi. Ça m’a fait bizarre, mais avec le temps je m’y suis fait. Et quand finalement on m’a donné mon samedi du fait d’une baisse d’activité sur mon projet, croyez-moi ou non, mais au début je ne savais pas quoi faire d’un jour de repos en plus. Imaginez-vous, après plus d’un an à travailler comme un forcené tout en réussissant à caser mes activités personnelles en semaine et pendant un week-end d’un jour, cette grâce d’un samedi libre me paraissait presque de trop. Mais ça n’a pas duré.

Motivé par la Bible et par mon propre corps qui criait au surmenage, j’ai finalement testé l’expérience du sabbat. Et le premier samedi j’ai commencé fort : grasse matinée, piscine, spa et dîner au restaurant. Un petit détail mais qui a son importance, étant célibataire avant et pendant mon séjour là-bas, j’ai pu profiter de ces activités en tête à tête avec moi-même. Ça peut paraître sinistre, mais vous verrez un peu plus loin pourquoi ça m’a été bénéfique. Donc, le premier samedi fut royal ou plutôt émirien, mais comme n’est pas Qatari qui veut, je me suis vite calmé pour revenir à un train de vie normal et à des plaisirs plus simples. Au fil des samedis de repos, je redécouvrais les joies de la lecture par loisir, de la cuisine pour le plaisir, et de la glande… pour la glande, c’est-à-dire le farniente (en passant, farniente c’est nerienfaire en italien).
Avant cette application du sabbat je faisais déjà de mon mieux pour essayer de suivre les commandements de Dieu (qui sont plus des bons conseils de vie en fait, c’est en les appliquant qu’on s’en rend compte), mais de manière surprenante la liste de tâches, que j’aurais en temps normal chercher désespérément à réduire pendant mon samedi devenu libre, s’est mise à rétrécir d’elle-même. Pour moi il y a deux explications à ça. La première, probablement difficile à concevoir mais en laquelle je crois, c’est qu’en effet Dieu a tenu sa part du contrat : par exemple en permettant qu’une personne me prépare spontanément et régulièrement un gros plat m’évitant de cuisiner pour la semaine, ou encore en débloquant soudainement un problème compliqué avec ma banque m’épargnant la longue file d’attente avant un entretien avec mon conseiller. Certains appellent ça des coïncidences heureuses… Et la seconde, plus concrète, c’est qu’en me mettant dans cet état d’esprit de repos volontaire, je me retrouvais assez vite à prendre du recul sur ma vie, en général, et sur tous mes petits problèmes, en particulier. Par suite, je commençais à réaliser que tel rendez-vous ou telle tâche n’était finalement pas si important que ça, voire même pas nécessaire du tout.
L’un dans l’autre, le contrat de confiance proposé par Dieu fonctionnait bien, mon insurmontable to-do liste se tassait pendant que moi je profitais d’un repos salvateur, que demander de plus ?

A priori rien. J’appliquais fièrement ma solution magique et parlais à qui voulait l’entendre de ses effets positifs sur mon rythme, ma vie, qui avait repris un peu son souffle. Cependant je sentais au fond de moi que quelque chose manquait mais sans me l’avouer, par peur que mon issue de secours n’en soit pas vraiment une, ou par religion superstitieuse qui me masquait une découverte plus grande encore. Cette deuxième issue de secours, qui vient en fait compléter la première, cette fois ce n’est pas dans la Bible que je l’ai trouvé. Et pourtant j’aurais pu, j’aurais dû ! Oui, aujourd’hui je me sens bête de ne pas l’avoir vu ce point essentiel plus tôt. Comme le nez au milieu de la figure, ou comme l’éléphant au milieu du salon : inoffensif et résolument bon quand on en prend soin, il devient un problème, et un gros, quand on ne lui prête aucune attention.
La foi chrétienne est fondée sur l’amour, l’amour de Dieu d’abord et l’amour des autres. C’est ce que Jésus lui-même n’a cessé de rappeler au travers de ses enseignements bienveillants à ses disciples et de ses reproches accusateurs aux religieux de son époque, en particulier dans cette allocution puissante : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. » C’est à la fois beau et lourd de sens, mais encore faut-il déceler dans cette parole une clé que je n’ai pas réalisé, en tous cas pas par moi-même.
J’ai bien dit que j’étais célibataire avant et pendant mon expatriation, mais je n’ai pas parlé de la fin de celle-ci. J’ai eu la chance de vivre une très belle histoire avec celle qui, au départ comme amie, a pris une place importante dans ma vie et a été à l’origine de ma deuxième issue de secours. Une histoire trop courte malheureusement mais qui valait la peine d’être vécue et qui m’a beaucoup appris. Tristement, je pense que c’est entre autres en sentant une sorte de défaut dans mon amour envers elle, qu’elle a vite compris mon problème. En effet, aimer son prochain comme soi-même, nécessite forcément de commencer par s’aimer soi-même. Or malgré toutes mes attentions, ma volonté d’être là pour elle — exacerbée par ma désastreuse expérience avec mon ex, malgré le début d’une relation, je suppose, amoureuse ; c’est sur la base d’une comparaison entre ce que je faisais pour moi-même et ce que je faisais (ou aimerais faire) pour mon prochain, pour elle entre autres, qu’elle m’a percée à jour.

L’amour de soi, à la différence de l’amour propre, n’est pas ce qu’on recherche dans les yeux des autres, dans les miroirs, c’est ce qu’on trouve en nous-même et que les autres peuvent déceler en nous observant.

« Tu ne t’aimes pas ! ». Aussi brutal que ça peut sonner, elle m’a dit ces mots de manière très posée alors qu’on discutait de comment je gérais mon temps, et de la multitude de chose que je me donnais à faire en réussissant péniblement à n’en faire qu’une partie et même pas avec les résultats escomptés. J’avais sûrement déjà entendu ça, peut-être avec d’autres mots, je l’avais déjà entraperçu lors d’exercices de bilan personnel, mais c’était la première fois que je le comprenais vraiment. Comme toute vérité qui vient nous remettre en question, je sentais en moi qu’elle avait mis le doigt sur quelque chose, sur une faille que j’avais laissé devenir un gouffre. Toutes les choses que j’avais perdues auparavant du fait de mon rapport problématique au temps, toute cette frustration de sentir ma vie s’écouler hors de moi comme une hémorragie, cela partait paradoxalement d’une petite blessure en moi mais qui avait des conséquences désastreuses. L’amour de soi, à la différence de l’amour propre, n’est pas ce qu’on recherche dans les yeux des autres, dans les miroirs, c’est ce qu’on trouve en nous-même et que les autres peuvent déceler en nous observant. Et elle, avec raison, ne l’avait pas décelé en moi.
Malgré, la difficulté d’admettre une telle lacune, j’ai petit à petit réussi à reconstruire cet amour de moi. Je ne suis pas allé jusqu’à chercher l’origine de cette lacune qui pourrait probablement m’éclairer et pour ça la psychologie ou d’autres moyens seraient sûrement utiles. Mais j’ai simplement commencé à m’aimer par de petites attentions, comme on montre à quelqu’un qu’on l’aime avec des cadeaux, des paroles positives et encourageantes, la primauté sur d’autres choses passant au second plan, et surtout du temps. Là où ma solitude dans les restaurants ou dans les spas pouvait passer pour une triste situation relationnelle – alors que j’étais en couple d’ailleurs, il s’agissait en fait d’une belle histoire d’amour renaissante entre moi et moi-même. Au fil de cette idylle autarcique j’ai pu découvrir beaucoup sur ma personne et surtout enfin effacer cette frustration d’une vie érodée car laissée négligemment à la merci du temps qui passe.
En fait ce que j’avais eu la chance de découvrir dans le sabbat, c’était qu’en m’en remettant à Dieu je pouvais décider de dire « PAUSE » au temps, au train inarrêtable de la semaine, ne serait-ce qu’un jour sur sept. Mais la limite à ce pouvoir, c’est que si je me contentais simplement de ça, je me retrouvais juste avec de mini-vacances disséminées sur chacune de mes semaines et toujours avec le même constat, la même impuissance pendant les six autres jours. Avec la vérité j’avais remporté une victoire sur la réalité, j’avais conquis un jour. Mais avec l’amour, par son interpellation, mon amie m’a permis de prendre conscience que je méritais quelque chose de plus que ça, quelque chose que Dieu lui-même voulait déjà me faire comprendre derrière son sabbat et toutes les mentions de l’amour dans sa parole.

En apprenant à m’aimer, en acceptant de m’aimer, je pouvais enfin regarder en face le temps et lui dire, premièrement, que j’avais le pouvoir d’interrompre à des moments donnés son emprise frustrante au travers de la toute-puissance de Dieu et son contrat de confiance, et surtout que je — et Dieu lui aussi, m’aimais trop pour que je puisse continuer de subir ses effets négatifs sur ma vie. Plus qu’une bataille pour un simple jour de repos sacré, j’avais gagné une guerre pour ma vie tout entière.

Je vais un peu casser le happy-end, mais je tiens à être honnête. J’ai encore beaucoup de chemin à faire, que ce soit dans le domaine de la gestion du temps, comme dans celui de de la vie amoureuse et de l’équilibre amour de soi / amour des autres. Mais ce dont je suis certain c’est qu’avec la vérité et l’amour que Dieu me donne de lire dans sa parole et de vivre jour après jour, comme le disent si bien les mots de l’apôtre Paul, je suis capable dès aujourd’hui de racheter le temps et un jour, je l’espère, d’aimer ma femme comme mon propre corps car celui qui aime sa propre femme s’aime lui-même.