The last word

Dazzling, radiant, always wearing the brightest colors.
You were full of something no one would ever have imagined it could dry up.
Immortal, yes, your smile, the light on your face, seemed so. 
But fate made us all lie. As if he had to shut us up,
 he found for you the most brutal and unexpected end.
But you too, in turn, I know you're going to make him lie. 
I know you’re not done shining brightly and playing 
with the colors of the rainbow like a painter with his watercolor palette. 
Where you are, up there, make him lie, this tragic fate, 
and show him that despite all his cynicism, 
it was you who had the last word.

The quest

Leave
Traveling miles to find yourself again
Meeting new people to get to know You better
Putting the world in motion to discover where you belong
Fighting the boundaries of space and time to define your own limits
Is it working?
And what if,
Floating in atmosphere and minutes to sense the contours of your being
Standing still to better perceive our own mark on the world
Withdrawing to finally hear your soul telling about her
Stopping to let your mind can catch you up
And what if you should just,
Stay.

L’autre virus

Aujourd'hui j'aimerais, plus que jamais, vous dire
Quelques mots assemblés en sonnet d'amateur,
Afin de réchauffer, je l'espère, ce cœur
Dans un si bel écrin, qu'on se doit de chérir.
En ce moment on parle, et à n'en plus finir,
D'un virus contagieux partout semant la peur,
Mais par chez moi j'entends une note de bonheur,
Qui parle d'un virus, d'amour et de plaisir.
Celui-ci bien plus vite, çà et là contamine
Les gens qui, même s'ils font une triste mine,
Accepte pour un temps de se laisser bénir
Par les mots doux choisis d'un bon admirateur,
Tel que moi qui essaie, et du fond de mon cœur,
"Je vous aime" dans mon style ici de vous écrire.

J’ai écrit ce petit poème à l’attention d’une dame âgée que je ne connais pas, ce qui a été rendu possible par la plateforme solidaire 1lettre1sourire.org.
Il m’a été inspiré par le slogan de cette initiative visant à apporter un peu de joie à nos ainés isolés et derrière laquelle se cachent 10 jeunes cousins motivés et solidaires, âgées de 14 à 24 ans. Grâce eux, mes petits mots pourront, je l’espère, toucher le cœur d’une ou plusieurs personnes qui n’ont sûrement jamais eu autant besoin d’amour.

L’autre virus

Aujourd'hui j'aimerais, plus que jamais, vous dire
Quelques mots assemblés en sonnet d'amateur,
Afin de réchauffer, je l'espère, ce cœur
Dans un si bel écrin, qu'on se doit de chérir.
En ce moment on parle, et à n'en plus finir,
D'un virus contagieux partout semant la peur,
Mais par chez moi j'entends une note de bonheur,
Qui parle d'un virus, d'amour et de plaisir.
Celui-ci bien plus vite, çà et là contamine
Les gens qui, même s'ils font une triste mine,
Accepte pour un temps de se laisser bénir
Par les mots doux choisis d'un bon admirateur,
Tel que moi qui essaie, et du fond de mon cœur,
"Je vous aime" dans mon style ici de vous écrire.

I wrote this little poem for the attention of an elderly women that I don’t know, which has been made possible by the solidarity platform 1lettre1sourire.org.
It has been inspired to me by the headline of this initiative, whose aim is to bring a little bit of joy to our isolated elders and which is leaning on ten young motivated and united cousins, aged from 14 to 24 years old. Thanks to them, my little words might hopefully touch the heart of one or more persons, who surely have never needed love more than now.