Always been there

Bridges connect

From the sky

The definition

Sunshine, lots of sunshine, the most beautiful landscapes, love, perhaps, but most importantly, myself: it was my ambitious checklist of things to find in a few days off in Italy. Apulia, alone with my camping bag and my rented Fiat, but also with my wounds still too fresh from a difficult break. I was expecting a nice holiday, but this express stay in the South had much more in store for me.

To get some reading, I took a book with me — well two since I never travel without my Bible. It was Happiness: a philosopher’s guide, by Frédéric Lenoir. Despite all the good I could hear from this writer; I had a hard time opening this book after my ex offered it to me with great kindness. And I had even more trouble taking it with me during this vacation where I was definitely trying to be alone in front of myself, and not one-on-one with a philosopher, who according to the fourth cover, wanted to help me find well-being through a watered-down remix of concepts about happiness and spirituality.

Okay, I am a little hard on him. As I am with so many others, who, according to critics, are the Avengers of the pursuit of happiness, or the Justice League of the fight against depression. In fact, it’s even unfair on my part since I find his book — and many others of this much popular genre — well written and above all rich in references, ideas, examples, which can surely inspire us, guide and enlighten us at any stage of our lives. But what actually bothers me is the promise, of the author, sometimes, or the publisher, too often. The promise that « this time he solved the equation of happiness, » or « that’s it, she solved the mystery of the human spirit, » or even better « they really discovered what you always wanted to know about yourself. » For me, it feels like being served with unisex and ready-to-wear answers to millennia of complex and profound questions.

In short, let us go back to this Italian holiday! I finally took my ex’s book, and above all, I read it, despite a journey of more than 1000km punctuated by dazzling images: the green reliefs of Gargano National Park, along a winding coastal road linking towns and villages, such as the picturesque Vieste; Lecce’s baroque decorations, whose harmoniously arranged monuments around Piazza Sant’Oronzo are designed with the warm and blonde stone, typical of the city; the idyllic panorama of Polignano a Mare, with its turquoise water that timidly offers coolness via a narrow cliff-side pebble beach; the bowels of the Canyon in which legends such as those of the beautiful Massafra and its green ravine still resonate, dotted with medicinal herbs and « magical » caves. All these roads, these landscapes, gave me the illusion that my painful and guilty memories were gradually moving away, I felt that they gave way to peace and well-being, although they were circumstantial: gastronomy, music and Italian beauty helping.

But on a stormy evening, stuck in my tent, a sentence from the famous book had shaken up this bliss of a time. A definition, in a few words, clearly stated. The author, I admit with courage and pedagogy, proposed nothing more or less than a definition of happiness, « happiness is the consciousness of a state of global and lasting satisfaction in a meaningful existence based on truth. » Taken out of context, this sentence even as I write it seems to sound hollow. Yet Frédéric Lenoir, through references and illustrations, proposes a definition of happiness that is both tangible and accessible. It even proposes different ways of practical application arising from it, in the light of ancient concepts such as stoicism, Taoism or skepticism. Oddly enough, even if I remained admiring of the rich and ambitious approach of this book, crystallized in this definition, what destabilized me that night was not my admiration but rather my disappointment. A fascinating disappointment not to find myself in this definition, not to find myself in his definition. Indeed, the more I read and reread this sentence as a magic formula, the more I realized that it had no effect on me. I understood it, it was well-crafted, it held up and probably had to speak to a lot of people, but I could turn it around, upside-down, it did not work for me. I wanted to be alone for my vacation, I was served! Certainly, the book, this definition, led me to an interesting question about an item that was not on my checklist: what is happiness? But it also left me in front of a great void that I had never been careful of before: am I happy? It was hard, even brutal. Struck by the pleasures for the senses of my journey, such an existential question that arose without warning had the effect of a cold shower. The rain pouring outside was probably a factor. Precisely downcast but not resigned, that evening I prayed a little longer than usual, a little louder than usual. I needed help, answers, happiness, if possible.

The next morning, my tent had survived, the storm had passed, but it had left behind a greyness and a damp cold that did not come to settle my concerns. As I used to do frequently at that time, I read the daily mail of the Christian newsletter A Miracle Every Day, to which I had recently subscribed. This daily message of hope often did me good, and mostly brought me a salutary perspective on the hassles of everyday life. And it started well, the first sentence of the mail reminded me strangely of my last evening: « Have you ever read these magazine titles… « Finally become yourself! », « Find harmony »… ». However, that day it was not really the message itself that was supposed to light up my day, there was a link to the music video of a song that the author was recommending. Out of curiosity I clicked, and suddenly found myself drawn into an unlikely chain reaction of emotions and inspirations. The beauty and originality of the clip made of a succession of speedpainting sequences, the singer’s suave and hypnotizing voice accompanied by an effective piano melody, the lyrics that seemed to just come straight from heaven: this combination was enough to make me go back and forth between laughter and tears, and to make me aware of a certainty, I was happy. Not only was I happy, I was convinced of it, but above all I knew why I was happy: because I had just chosen to be happy.


It was as simple as that and I had just realized it. I had found my happiness without looking for it, deciding to live it. This song, in addition to having moved me, had brought back to my mind many passages of the Bible about happiness. From the Beatitudes in the new testament to the Ten Commandments in the old one, a multitude of phrases that until then had remained rather mysterious to me, finally seemed evident to me with this new perspective that was open to me. Happiness is not achieved, it is not reached, it is decided and lived. The only notion of pursuit of happiness is a heavy lie that we have created ourselves, or at least a misunderstanding— if fortuitous. In the Bible, God says that he gives us the choice between life and death, happiness and unhappiness, but he also says that he has plans for us of happiness and not of unhappiness. Therefore we merely have to want to be happy, to make the choice of happiness in all good conscience and all that it implies, in particular, to follow God on his path, to be guided by him with blind confidence. What is powerful about this approach is that instead of pursuing happiness we finally find ourselves looking for God, who leads him to find ourselves, to find our true aspirations, our deep hopes. And God is committed to fulfilling them, to letting us fulfilling ourselves, because that’s what he wants, and by putting everything in action at our level for that, we accept a very simple but super profitable deal: « you want happiness, I give it to you, just do what I tell you to make it work ».

As I write this article, it has been more than 2 years since I had this memorable experience, that I found my definition of happiness. Ironically, I am in Italy but in the North, in winter and moreover for business. Looking behind me, during these 2 years, I had time to heal from my wounds but to experience new ones, to see radiant summers and dark storms. And what I can testify to today is that whatever events I have been through in this short period of my life, my happiness, this chosen state of trust and hope in a good God who actually brings me closer to him every day, closer to myself, and to my well-being, that very happiness, it works for me and it has never failed me.

This article refers to the newsletter A Miracle Every Day, available freely on this website https://unmiraclechaquejour.topchretien.com/ and the music video of Peggy Polito’s song « Viens dans ma vie », available on YouTube here.

La définition

Du soleil, beaucoup de soleil, les plus beaux paysages, l’amour, peut-être, mais le plus important, moi-même : c’était ma check-list ambitieuse des choses à trouver en quelques jours de congé en Italie. Les Pouilles, en solitaire avec mon sac de camping et ma Fiat louée, mais aussi avec mes blessures encore trop fraîches d’une rupture difficile. Je m’attendais à des vacances sympas, mais ce séjour express dans le Sud me réservait bien plus.

Pour avoir un peu de lecture, j’avais pris un livre avec moi – enfin deux vu que je ne voyage jamais sans ma Bible. C’était Du bonheur : un voyage philosophique, de Frédéric Lenoir. Malgré tout le bien que j’ai pu entendre de cet écrivain, j’ai eu beaucoup de mal à ouvrir ce livre après que mon ex me l’ait offert avec beaucoup de bienveillance. Et j’ai eu encore plus de mal à l’emmener avec moi pendant ces vacances où je cherchais définitivement à être seul face à moi-même, et pas en tête à tête avec un philosophe, qui d’après la quatrième de couverture, voulait m’aider à trouver le bien-être grâce à un remix édulcoré de concepts sur le bonheur et la spiritualité.

Ok, je suis un peu dur avec lui. Comme je le suis avec tant d’autres, qui, à en croire les critiques, sont les Avengers de la quête du bonheur, ou la Justice League de la lutte contre la déprime. En fait, c’est même injuste de ma part puisque je trouve son bouquin — et beaucoup d’autres de ce genre très vendeur — bien écrit et surtout riche en références, idées, exemples, qui peuvent à coup sûr nous inspirer, orienter et éclairer à n’importe quelle phase de notre vie. Mais ce qui me dérange en fait c’est la promesse, celle de l’auteur, parfois, ou de l’éditeur, trop souvent. La promesse que « cette-fois, il a résolu l’équation du bonheur » , ou bien encore que « ça y est, elle a élucidé le mystère de l’esprit humain », ou mieux que « là, ils ont vraiment découvert ce que vous avez toujours voulu savoir sur vous-même ». Pour moi ça revient à nous vendre des réponses unisexes et prêt-à-porter à des millénaires de questions aussi complexes que profondes.

Bref, revenons à ces vacances italiennes ! J’ai finalement pris le bouquin de mon ex, et surtout, je l’ai lu, malgré un périple de plus de 1000km ponctué d’images éblouissantes: les reliefs verts du parc national du Gargano, longés par une route côtière sinueuse reliant villes et villages, telle que la pittoresque Vieste; les décors baroques de Lecce, dont les monuments harmonieusement disposés autour de la Piazza Sant’Oronzo sont conçus avec la pierre blonde et chaude typique de la ville; le panorama idyllique de Polignano a Mare, avec son eau turquoise qui se laisse timidement goûter via une étroite plage de galets à flan de falaises; les entrailles du Canyon dans lesquelles résonnent encore des légendes comme celles de la belle Massafra et son ravin verdoyant, parsemé d’herbes médicinales et de grottes « magiques ». Toutes ces routes parcourues, ces paysages, me donnaient l’illusion que mes souvenirs douloureux et coupables s’éloignaient peu à peu, je sentais qu’ils laissaient place à une paix et un bien-être, bien que circonstanciels : la gastronomie, la musique et la beauté italienne aidant.

Mais un soir d’orage, bloqué dans ma tente, une phrase du fameux livre avait chamboulé cette béatitude d’un temps. Une définition, en quelques mots, clairement énoncée. L’auteur, je l’admets avec courage et pédagogie, proposait ni plus ni moins qu’une définition du bonheur, « le bonheur c’est la conscience d’un état de satisfaction globale et durable dans une existence signifiante fondée sur la vérité ». Sortie de son contexte, cette phrase alors même que je l’écris semble sonner creux. Pourtant Frédéric Lenoir, à force de références et d’illustrations, propose une définition du bonheur à la fois tangible et accessible. Il propose même différentes voies d’applications pratiques découlant de celle-ci, à la lumière de concepts anciens comme le stoïcisme, le taoïsme ou le scepticisme. Bizarrement, même si je restais admiratif devant la démarche riche et ambitieuse de ce livre, cristallisée dans cette définition, ce qui m’a déstabilisé ce soir-là n’était pas mon admiration mais plutôt ma déception. Une déception fascinante de ne pas me retrouver dans cette définition, de ne pas me retrouver dans sa définition. En effet, plus je lisais et relisais cette phrase comme une formule magique, plus je me rendais compte qu’elle n’avait aucun effet sur moi. Je la comprenais, c’était bien ficelé, ça tenait la route et devait sûrement parler à beaucoup de personnes, mais j’avais beau la retourner dans tous les sens, ça ne marchait pas pour moi. Je voulais me retrouver seul pour mes vacances, j’étais servi ! Certes le livre, cette définition, me conduisait à une question intéressante sur un élément qui ne figurait pas sur ma check-list : c’est quoi le bonheur ? Mais elle me laissait aussi devant un grand vide auquel je n’avais jamais pris garde auparavant: est-ce que je suis heureux ? C’était dur, même brutal. Grisé par les plaisirs des sens de mon voyage, une telle question existentielle qui surgit sans prévenir faisait l’effet d’une douche froide. La pluie battante y était probablement pour quelque chose. Justement abattue mais pas résignée, ce soir-là je priais un peu plus longtemps que d’habitude, un peu plus fort que d’habitude. Besoin d’aide, de réponses, de bonheur, si possible.

Le lendemain matin, ma tente avait survécu, l’orage était passé, mais il avait laissé derrière lui une grisaille et un froid humide qui ne venait pas arranger mon affaire. Comme je le faisais de temps en temps à cette époque, je lus le mail du jour de la newsletter chrétienne Un Miracle Chaque Jour, à laquelle je m’étais abonné récemment. Ce message quotidien d’espoir, me faisait souvent du bien, et m’apportait la plupart du temps un recul salutaire sur les tracas de la vie de tous les jours. Et ça commençait bien, la première phrase du mail me rappelait étrangement ma soirée passée : « Avez-vous déjà lu ces titres de magazines… “Devenez enfin vous-même !”, “Trouvez l’harmonie”… ». Toutefois, ce jour-là ce n’est pas vraiment le message en lui-même qui devait venir éclairer ma journée, il y avait un lien vers le clip d’une chanson que l’auteur recommandait. Par curiosité je cliquais, et me retrouvais tout à coup entraîné dans une réaction en chaîne improbable d’émotions et d’inspirations. La beauté et l’originalité du clip fait d’une succession de séquences de speedpainting, la voix suave et hypnotisante de la chanteuse accompagnée par une mélodie efficace au piano, les paroles qui paraissaient simplement venir tout droit du ciel: cette combinaison suffit à me faire faire quelques aller-retours entre rire et larmes, et à me faire prendre conscience d’une certitude, j’étais heureux. Non seulement j’étais heureux, j’en étais convaincu, mais surtout je savais pourquoi je l’étais: parce que je venais de choisir d’être heureux.


C’était aussi simple que ça et je venais de le réaliser. J’avais trouvé mon bonheur sans le chercher, en décidant de le vivre. Cette chanson en plus de m’avoir ému avait fait revenir à mon esprit de nombreux passage de la Bible parlant du bonheur. Des Béatitudes dans le nouveau testament aux Dix Commandements dans l’ancien, une multitude de phrases qui jusque-là étaient restées assez mystérieuses pour moi, me paraissaient finalement évidentes dans ce nouveau référentiel qui s’offrait à moi. Le bonheur ne s’obtient pas, il ne s’atteint pas, il se décide et se vit. La seule notion de recherche du bonheur est un lourd mensonge que nous avons créé nous-même, ou au moins une méprise – si fortuite. Dans la Bible, Dieu dit qu’il nous donne le choix entre la vie et la mort, le bonheur et le malheur, or il dit aussi qu’il a pour nous des plans de bonheur et non de malheur. Il faut donc seulement vouloir être heureux, faire le choix en âme et conscience du bonheur et de tout ce que cela implique, en particulier, de suivre Dieu sur son chemin, de se laisser guider par lui avec une confiance aveugle. Ce qui est puissant dans cette démarche c’est qu’au lieu de rechercher le bonheur on se retrouve finalement à chercher Dieu, qui lui nous conduit à nous trouver nous-même, à trouver nos vraies aspirations, nos espoirs profonds. Et Dieu s’engage à ce que ces derniers se réalisent, qu’on se réalise, car c’est ce qu’il veut, et nous en mettant tout en action à notre niveau pour cela, nous acceptons un deal très simple mais super rentable : « tu veux le bonheur, je te le donnes, fais seulement ce que je te dis pour que ça fonctionne ».

Alors que j’écris cet article, ça fait plus de 2 ans que j’ai vécu cette expérience mémorable, que j’ai trouvé ma définition du bonheur. Ironie du sort, je suis en Italie mais dans le Nord, en hiver et pour le boulot en plus. En regardant derrière moi, pendant ces 2 ans, j’ai eu le temps de guérir de mes blessures mais d’en vivre d’autres, de voir des étés radieux et des orages bien sombres. Et ce dont je peux témoigner aujourd’hui, c’est que quels que soient les événements que j’ai pu traverser sur cette si courte période de ma vie, mon bonheur, cet état choisi de confiance et d’espoir en un Dieu bon qui chaque jour me rapproche concrètement de lui, de moi-même, et de mon bien-être, ce bonheur-là il marche pour moi et il ne m’a jamais fait défaut.

Cet article fait référence à la newsletter Un Miracle Chaque Jour, disponible en libre accès sur ce site https://unmiraclechaquejour.topchretien.com/ et à la vidéo du clip « Viens dans ma vie » de Peggy Polito, disponible sur YouTube ici.

Island in the sea

Go and get it

Ca va bien?

Ca va bien, tel le refrain d'un tube chanté avec entrain.
Ca va bien, dès le matin, vite il faut se serrer la main.
Ca va bien... Tu vas pas bien ? Ben on en reparle demain !
Ca va bien, je le crois bien, mais est-ce que j'en suis si certain?
Ca va bien, dans mon train-train, c'est si vite dit, mais dit en vain!
Ca va bien ? Et pourquoi hein ?! Suis-je aussi vide qu'un pantin ?!
Ca va bien ? Allez ! Demain, j'essayerai d'y croire au moins…
Ça va bien ? Ça y est, enfin ! Je le ressens, et c'est pas rien.

Now and here

It’s right here